L'histoire du Savon de Marseille

A l’origine, le savon de Marseille est inspiré d’un savon qui existe depuis des milliers d’années en Syrie : le savon d’Alep, qui est fabriqué à partir d’un mélange d'huile d'olive et de laurier.

Suite aux Croisades, le procédé se développe à travers le bassin méditerranéen. Passant par l'Italie et l'Espagne pour atteindre Marseille, le Cube devient vite très populaire. Présent dans les salles de bain et les cuisines des familles du monde entier, le savon de Marseille est devenu un produit du quotidien.

Il est reconnu comme un produit unique, naturel et authentique.

Au fil du temps, les ingrédients évoluent. Dans l’antiquité, elles se composent d’huile, d’eau, et de cendres.

Ce n’est qu’au moyen âge que le savon de Marseille est réellement inventé, en ajoutant de la chaux aux cendres lessivées.Depuis, Marseille donne ses lettres de noblesses au savon ainsi qu’au procédé de fabrication.

Au XVI ème siècle, le port de la cité phocéenne deviendra le site principal d’approvisionnement dans les matières nécessaires à la fabrication du savon : l’huile de coprah et de palme issues des colonies.

En octobre 1688, Jean-Baptiste Colbert de Seignelay (fils de Colbert et secrétaire à la Maison du Roi), signe un édit de Louis XIV qui règlemente la fabrication du savon.

Le respect de cette réglementation assure la qualité du savon et fait la renommée des savonneries marseillaises.

Ce n’est qu’au XIX ème siècle que la ville se voit devenir le principal lieu de fabrication, avant Toulon et Salon de Provence. Souvent utilisé à l’époque comme lessive, le savon de Marseille voit, en 1950, l’arrivée d’une forte concurrence due aux développements des poudres lave-linge.

Suite à ces innovations technologiques, l’arrivée des détergents en provenance des Etats-Unis après la seconde guerre mondiale, voit la production de savon baisse fortement.

Mais après avoir démontré les qualités biodégradables et naturelles du produit; l’offre des savons de Marseille va se différencier de la concurrence et chercher à satisfaire des groupes de clients plus homogènes en proposant des produits susceptibles de répondre à des besoins bien spécifiques. La production est relancée…

Véritable Savon de Marseille - Label UPSM

Malheureusement le terme « Savon de Marseille » n’est nullement une appellation d'origine contrôlée, il correspond uniquement à un procédé de fabrication. Depuis, les deux derniers savonniers de Marseille se sont associés pour créer un label «Savon de Marseille» afin de lutter, et affronter les contrefaçons venus d’Asie; qui utilisent de la graisse animale, dans la fabrication du savon de Marseille à la place des huiles végétales. En s'unissant les savonniers souhaitent obtenir l’officielle «indication géographique protégée», appelé IGP. Cela prouverait que les savons vendus sous cette appellation ont été fabriqués avec des huiles végétales appropriées, en respectant les quatre étapes historique de fabrication du savon de Marseille, qui durent plus de dix jours.

Ses étapes sont définies par un code validé par l’AFISE, qui sont : La cuisson, le relargage de la glycérine, le lavage et la liquidation, afin d'assurer l'obtention d'une phase cristalline et lisse. Elle admet le suif sous réserve d'une qualité conforme au règlement européen (CE 1774/2002) qui limite les additifs et exclut en particulier les tensio-actifs de synthèse.

Elle définit également des contraintes en matière de chargement de corps gras en excluant par exemple les huiles acides à l’exception des huiles de grignons d'olives. Hélas, cela n’empêche pas toujours les irrégularités et les « imitations » du fameux cube. Actuellement, seul les produits alimentaires bénéficient de la protection des «indications géographiques». Le gouvernement français va permettre d’accorder ce fameux label.